Test Micro+ M3D

Nous avons testé la dernière release de la Micro M3D.

Lorsque vous recevez le carton, et avant d’ouvrir vous êtes tout de suite pris de panique. Ce n’est pas possible, cette boite est vide ! Il est vrai qu’avec 995 grs sur la balance nous avons vraiment affaire à un poids plume.  On en rigole encore lorsque l’on pense à tous les fabricants d’imprimantes 3D  qui trouvent toutes les ruses du monde pour alourdir et stabiliser leur machine. Bienvenu dans le monde de Liliput. autant elle s’appelle Micro cette machine ! elle porte bien son nom.

Une rapide revue visuelle vous laissera l’impression d’un “joli petit joujou”. Un design simple arrondi qui laisse une belle impression. Des plastiques lisses et brillants, paradoxe entre la légèreté de la machine et la solidité évoquée, par ses formes fluides. Au final cette légèreté semble même devenir un atout, si peu d’inertie que les chocs mécaniques ne peuvent qu’être faibles.

Aller au plus simple pour l’utilisateur, n’est que rarement compatible pour le concepteur de la machine. Une technologie simple exempte de capteurs, de limitateurs, de sonde  d’écrans de lecteur … impose très souvent de longues heures de manipulation,programmation et autres sciences occultes ou aveugles. Tout le challenge de conception de  cette machine se résume dans  la résolution de l’équation : équipement / IHM. C’est simple la machine n’a pas de boutons d’écrans d’interrupteur, juste un prise USB et une alimentation … on aurait presque rêvé un  logement pour les piles … 🙂

A la mise en route seule fantaisie, les 3 lettres du logo s’illuminent … Wahoo ! … mais en vérité, avons-nous besoin d’un jingle, de leds … de musique … sur une imprimante 3D. j’en doute. Dans les cas je m’en passe. La promesse “make-it simple” tient toujours. La machine est même comme disent certains “simplissime”…

La machine est connectée et là on lance le logiciel maison, fourni comme il se doit par la marque. Là aussi on reste simple, ultra simple … mais ultra simple en anglais. Cela ne me déroute guère mais un bambin auquel on imagine (à tort) prédestiner cette machine cela peut s’avérer un peu complexe.

Navigation intuitive, facilité de manipulation des pièces … bref un vrai petit plaisir.

Le slicing se fait en clignement de cils, on envoie le fichier … et c’est parti !

La micro + de M3D en images

Bon essayons de résumer :

Les + :

  • poids et look
  • facilité et simplicité
  • transportabilité

Les – :

  • machine lente
  • le prix sous la barre des 400 € ne serait-il pas dissuasif dans un cadre domestique ?

En conclusion :

La Micro + de M3D me semble une machine super adaptée pour des situations professionnelles d’ultra mobilité, emporter sa machine en réunion, dans un bureau … dans son sac à dos !  L’autre application plus domestique, pour ceux qui ne veulent pas se prendre les pieds dans les fils de l’impression 3D

Make it simple !